La Casse déserte et la route du col de l’Izoard, Queyras © D. Mac Arthur

La 104ème édition du Tour de France (du 1er au 23 juillet 2017) fera la part belle à la montagne et aux grimpeurs avec notamment trois étapes dans le seul département des Hautes-Alpes : du 19 au 21 juillet 2017. Au menu, les cols du Galibier, du Lautaret, de Vars et une arrivée inédite au sommet du Col de l’Izoard, 95 ans après le passage de Philippe Thys. Géant.

« Le Tour se gagne à Briançon avant de se gagner à Paris » disait Raphaël Geminiani. Un adage que d’autres champions pourraient reprendre à leur compte. Bartali, Maes, Coppi, Bobet, Bahamontes, Gimondi ou Merckx, tous ont construit leur gloire dans les Hautes-Alpes, devant les remparts de la ville, sur les pentes du Galibier, dans les lacets du col de Vars ou dans la chaleur de l’Izoard. « Pour être un grand champion, il faut franchir la Casse Déserte et le sommet de l’Izoard seul en tête avec le maillot jaune sur le dos ». Bernard Thévenet, double vainqueur du Tour (et aujourd’hui chargé des relations publiques pour ASO) en sait quelque chose, pour y avoir triomphé en 1975.

DEUX ARRIVÉES, DEUX DÉPARTS DANS LES HAUTES-ALPES

L’histoire n’est-elle pas un éternel recommencement ? En 2017, la 104ème édition du Tour de France s’apprête à faire un retour remarqué en montagne et dans les Hautes-Alpes en particulier. Un département qui aura accueilli la grande boucle à 76 reprises (arrivées ou départs d’étapes) entre 1922 et 2015 et qui sera une nouvelle fois, le théâtre de trois étapes et du retour de trois géants : les cols du Galibier, de Vars et de l’Izoard sur la commune d’Arvieux (Queyras), pour une arrivée inédite et historique au sommet (2 360 m) le 20 juillet, 95 ans après le belge Philippe Thys (1922). Une étape «royale» que ce Briançon-col de l’Izoard, avec pour « juge de paix », la fameuse Casse Déserte « cratère pourri qui n’ose pas dire son nom » disait Antoine Blondin. Un temple du cyclisme veillé jalousement depuis leur stèle par Bobet et Coppi, gardiens de ce paysage de légende, à la fois lunaire et irréel. Une journée marquée par une 34ème visite à Briançon, ville de départ et par l’ascension du col de Vars (2 108 m) par le versant Sud. Une terrible mise en jambes de 14 kilomètres de lacets depuis les Gleizolles (Saint-Paul-sur-Ubaye) avant la bascule sur le Guillestrois, la montée finale et l’arrivée au col de l’Izoard. Un col de Vars sélectif, notamment dans les six derniers kilomètres, avec une pente moyenne de 9,5 à 12 %.

SERRE CHEVALIER, BRIANÇON, COL DE L’IZOARD, EMBRUN

Auparavant et pour la 59ème fois, le peloton aura fait son entrée dans le département le 19 juillet par le col du Galibier (versant nord) avant d’enchaîner par une descente de 9 km sur le Lautaret avant l’arrivée à Serre Chevalier (La-Salle-les-Alpes), la plus grande station de ski des Hautes-Alpes. Le Galibier (2 642 m), ce «sommet des guerriers» cher à Henri Desgrange, Emile Georget ou à un Raymond Poulidor qui doit se souvenir d’y avoir perdu le Tour 1974 face à Merckx. 18 kilomètres de virages interminables (pente moyenne de 7,2 à 11,8 %) depuis plan Lachat (Savoie) pour aboutir au sommet. Un passage en haute altitude où résonne toujours le cri de victoire d’Andy Schelck lors de l’étape du centenaire en 2011 ou les images de la chevauchée héroïque du maillot jaune Thomas Voeckler. Le Galibier qui demeure aujourd’hui, la plus haute arrivée d’étape de l’histoire du Tour.
Quant à la troisième étape, cap au Sud. Avant Marseille, elle emmènera les coureurs le 21 juillet pour la quatrième fois à Embrun avant de se diriger vers Salon de Provence. Embrun, ancienne cité archiépiscopale juchée sur son roc dominant la Durance, point de départ du contre-la-montre individuel de 2013 durant lequel Christopher Froome avait définitivement assis sa suprématie lors de cette 100ème édition. Embrun et le lac de Serre-Ponçon, derniers joyaux d’une semaine exceptionnelle dans les Hautes-Alpes.

À noter que L’Étape du Tour 2017, cyclosportive de référence en Europe avec près de 15 000 participants sur la ligne de départ, aura pour cadre le tracé de l’étape Briançon-col de l’Izoard. Cette 27ème édition se déroulera le 16 juillet 2017, sur 178 kilomètres. Il en est de même le 20 juillet, pour la course féminine « La Course by le Tour » qui empruntera ce même itinéraire.